Accueil>Publications centres de données

Publications : Génératrices de relève et d'urgence - Alimentation ASC

Retour à la liste

La lumière entre les mains d'une artiste

Électricité Québec - Par Mihai-Razvan Pecingina, ing.

Imprimer

Ce lieu est en effet une grande salle de montre. Chaque création de l’artiste est prête à raconter son histoire si quelqu’un veut bien l’écouter. Sinon, elle reste là, silencieuse et radieuse, embellissant tout simplement le décor et agrémentant les repas.

 

Intrigué et intéressé par l’artiste, j’ai décidé  de parler à Martine. Je n’ai pas été surpris de l’entendre exprimer sa passion. Au cours de notre conversation, j’ai plutôt été étonné par la diversité des types de lumières qui existent et dont nous oublions trop souvent l’existence : lumière de la croyance, lumière de l’apprentissage, lumière du soleil, lumière du feu, lumière électrique, lumière qui traverse, lumière qui se reflète, couleur, chaleur, lumière qui s’allume et bien sûr lumière qui s’éteint.

 

Dans le cas de Martine, la passion pour son métier s’est allumée dans l’église de Léry où la lumière entrait par des carreaux de verre  colorés. Quelques années plus tard elle prenait des cours de vitrail et ouvrait finalement son atelier en 1988. Au fil des ans, elle n’a cessé de se  perfectionner verrier tout en offrant en plus des cours de formation dans l’art du vitrail.

 

 

Les processus de fusion et de thermoformage du verre sont des passions qu’elle n’a pu cultiver qu’en 2001 lorsqu’elle a pu acquérir son premier four à verre. Celui-ci lui permettra de faire ressortir son talent de même que son savoir accumulés au cours de ces dernières années. Aujourd’hui, à force d’erreurs et de persévérance, elle parvient à développer de nouvelles techniques. « Travailler le verre c’est travailler directement la lumière » m’a dit Martine durant notre rencontre du 1er mai 2007. À ce sujet, elle affirme qu’« en fonction de l’ampoule, de l’heure de la journée, l’effet est toujours différent. Ça joue avec la lumière ! » .

De plus, « chaque ampoule, chaque source donne son effet et la qualité a un impact. Je travaille avec des tubes fluorescents et la différence entre les « daylight », par exemple, et les tubes ordinaires est énorme. Tout dépend aussi de la demande du client. Les pièces sont uniques. J’ai fait récemment le bureau du président d’une compagnie à St-Rémy. Le monsieur voulait des plaques de verre au plafond avec des tubes fluorescents. Il a beaucoup aimé la solution que je lui ai proposée. »

Nous avons continué durant une autre demi-heure : lampes Tiffany, vitrail sur baguettes de plomb, peinture sur verre... etc.

Au-delà de l’art de l’éclairage, pour ce spécial Éclairage de votre magasine Électricité Québec, je vous laisse admirer l’art de jouer avec la lumière, avec les ombres et la couleur de Martine Leclerc.

Remerciements : Un grand merci à Reine Mbéa pour son support. Les photos ont été prises par l’auteur.

Publications : Génératrices de relève et d'urgence - Alimentation ASC