Accueil>Publications centres de données

Publications : Génératrices de relève et d'urgence - Alimentation ASC

Retour à la liste

Démystifier la mise à la terre M.A.L.T.

Électricité Québec - Par Michel Chartier, ing. ATD

Imprimer

L’utilisation, l’installation et le raccordement des MALT et de la continuité des masses sont régis par le code d’Électricité du Québec et par les règles de l’art de l’industrie qui non seulement utilisent les Codes en vigueur mais également les normes de IEEE, du défunt FIPPS et celles des  manufacturiers d’équipements.

Tout au long de notre expérience, nous avons constaté qu’il existe une aura d’incompréhension autour des MALT lorsqu’il s’agit de raccorder différents systèmes en parallèle ou lors de l’installation de prises de courant équipées d’une mise à la terre dédiée.

Pourtant, comme vous le verrez au fil de notre chronique, la compréhension de tout ce qui touche à la mise à la terre et la continuité des masses découle des lois de Kirchhoff sur le voltage et les courants. Le principe de base de cette loi est le même que celui qui gère l’ensemble des phénomènes de l’univers : rien ne se perd et rien ne se crée

C’est ce principe que nous appliquerons pour pouvoir déterminer à l’avance les chemins qu’emprunteront les courants si un dysfonctionnement advenait sur un équipement.

COMMENÇONS IMMÉDIATEMENT AVEC LE PLUS SIMPLE : LA MISE À LA TERRE, ou MALT

La dénomination MALT ne devrait être utilisée que pour le raccordement à la terre de la prise X0 d’un réseau électrique de distribution afin qu’il ne soit pas flottant. Nous retrouverons ce raccordement à tous les nouveaux transformateurs de distribution ayant un enroulement secondaire de type Y ou ZigZag.

Ce raccordement est primordial puisqu’il assure la stabilité et l’intégrité du voltage ainsi que la sécurité des gens qui seront amenés à travailler sur le réseau électrique.

Cette MALT agira comme unique chemin de retour possible vers le transformateur dans le cas d’un dysfonctionnement sur une des charges qui y est raccordée. Plus précisément, en partant du principe que «rien ne se perd et rien ne se crée», il faut comprendre que tout le courant qu’un transformateur débite vers une charge doit obligatoirement retourner vers ce même transformateur dans le plus pur respect de la loi des nœuds de Kirchhoff.

Par exemple, pour un équipement raccordé sur ce transforma­teur, si un court-circuit se produit entre une phase et la terre, le courant détourné retournera vers le transformateur. Nous vous laissons le loisir d’imaginer l’impact qu’aura ce retour de courant dans le cas d’un mauvais raccordement de la MALT.

L’article suivant vous présentera quelques croquis afin d’illustrer tous les chemins que le courant peut emprunter… les bons comme les moins bons.

Publications : Génératrices de relève et d'urgence - Alimentation ASC